MyHEH: entretien avec Renée Van Hoof-Haferkamp

808

Mme Renée Van Hoof-Haferkamp a joué un rôle important dans création du service d’interprétation dans les institutions européennes. L’entretien avec Mme Renée Van Hoof-Haferkamp est réalisé par Valter Mavrič, directeur général de la direction générale de la traduction au Parlement européen. Ma Maison de l’histoire européenne la plate-forme. Visitez le site et partagez votre histoire!

L’interview fait partie de «La vision de l’avenir façonnée par le passé» série produite par le service de traduction du Parlement européen.

EntourĂ©e de nombreuses figures importantes du siècle dernier, RenĂ©e a façonnĂ© pas Ă  pas son identitĂ© professionnelle et sa propre histoire fascine. RenĂ©e a comptĂ© quatre langues dans son rĂ©pertoire linguistique lorsqu’elle a commencĂ© Ă  travailler comme interprète: Allemand, français, italien et nĂ©erlandais. Cependant, ses souvenirs vont bien au-delĂ  du cĂ´tĂ© linguistique de sa vie et incluent les pères fondateurs de l’Union europĂ©enne. 

Jean Monnet — le père fondateur de l’Union européenne

Renée se souvient comment elle a commencé à travailler sous la direction de Jean Monnet, qui était un vrai Européen. Jean Monnet a collaboré activement avec des interprètes lors de la première union avec l’Allemagne, et Renée était présente aux réunions officielles. Le travail de son interprète consistait avant tout à comprendre les objectifs que M. Monnet avait en tête. Par exemple, les interprètes ont visité des mines et des aciéries — des lieux essentiels pour l’intégration européenne, car le processus d’intégration a commencé avec le charbon et l’acier.

Renée Van Hoof-Haferkamp au château de Val Duchesse

Être un témoin de la Négociations sur le marché commun, là où se dessine la réalité européenne, Renée rappelle qu’il y a eu de nombreuses difficultés sur la voie de la mise en place d’un service d’interprétation adéquat dans les institutions européennes. Le manque d’interprètes, le manque d’équipement et les négociations difficiles à comprendre — 6 jeunes interprètes d’horizons différents ont dû faire face à ces défis. château de Val Duchesse et fournir une interprétation de haute qualité. Une journée typique à Val Duchesse comprenait la supervision par quelqu’un qui vérifiait toujours le discours de l’interprète consécutif.

Savoir-faire indispensable d’un interprète

Ă€ l’âge de 22 ans, la connaissance de plusieurs langues europĂ©ennes par RenĂ©e lui a ouvert la porte de l’UNICEF. Elle a prouvĂ© qu’être au bon moment au bon endroit peut apporter un grand succès. Elle a partagĂ© les qualitĂ©s nĂ©cessaires pour devenir interprète professionnelle. Outre d’excellentes compĂ©tences linguistiques, un interprète doit avoir une connaissance gĂ©nĂ©rale Ă©tendue de diffĂ©rentes matières: droit, mĂ©decine, finance. De plus, un interprète doit ĂŞtre très disciplinĂ©. 

Regardez la vidéo de la entretien avec Renée Van Hoof-Haferkamp (disponible dans les 24 langues officielles de l’UE)!

Références

Ma Maison de l’histoire européenne. 2021. Renée Van Hoof-Haferkamp: un pionnier de l’interprétation dans les institutions européennes. [En ligne] Disponible à l’adresse suivante: https://my-european-history.ep.eu/myhouse/story/1476 [Consulté le 2 août 2021].


Écrit par Olena Khomiakova, Unité de coordination de la terminologie des stagiaires en communication Schuman. Actuellement, elle est inscrite en tant qu’étudiante en Master en Apprentissage et Communication en Contextes Multilingues et Multiculturels à l’Université du Luxembourg.